LES GRANDES JOUEUSES: SUSAN POLGAR

5 juillet 2017 - 11:40

Le cas des soeurs Polgar  est très instructif. A Budapest, leur père a

voulu donner à ses trois filles la meilleure formation possible dans un

domaine:les échecs. Susan est devenue championne du monde

féminin en battant Xie Jun en 1996. Judith a fait les championnats du monde

masculins et s'est qualifiée jusqu'au quart de finale,l'autre soeur était

Maître. Cela prouve que les femmes peuvent atteindre le plus haut

niveau.Susan vit aux Etats Unis. Une université a étudié son cerveau

et a découvert que le centre d'activité pour le jeu d'échecs est situé

dans la zone de reconnaissance faciale (Balayage du visage pour

reconnaître dans la mémoire) Il y a analogie avec le balayage de

 l'échiquier pour trouver la position semblable dans la

mémoire.l'entrainement, commencé très tôt ( Elle avait quatre ans

quand elle a remporté son premier tournoi des moins de dix ans)

  permet,par ce stock mémoire de concentrer l'attention sur le meilleur

coup et non l'analyse de la position.

C'est toute la différence entre le maître et le joueur moyen.

Judith a arrêté la compétition en 2014 à 38 ans pour suivre mieux ses

enfants. Elle a battu les meilleurs comme Kasparov et Carlsen et

reste à un très haut niveau. Elle dénonce le machisme de ce milieu:

 un entraîneur lui avait dit une fois:"Tu n'est pas une fille,tu es une

exception." Kasparov ,battu a trouvé une excuse:" elle joue comme

un homme". De fait, si le cas des soeurs Polgar reste une exception,

la méthode pour y parvenir repose  sur un entrainement précoce et

un énorme travail fourni librement parce que cela intéresse

l'enfant.Le résultat est une mémoire des formes hors du commun.

 

 

Commentaires